Minuscules extases, Denis Grozdanovitch

Publié le par jennifer

Grâce au partenariat de Blog-o-Book, les éditions Robert laffont ont eu la gentillesse de me faire parvenir ce petit objet de 11 cm par 18 cm. Et j'ai pris un grand plaisir à lire les divagations de l'auteur au fil des pages.

Minuscules extases, Denis Grozdanovitch.



Résumé de la quatrième de couverture :
Avec sa nonchalance inimitable, D.G. nous propose les flâneries planetaires d'un hédoniste curieux et fin observateur des comportements de ses contemporains. Son autoportrait en gourmandise mêle saynètes d'enfance, souvenirs sportifs et anecdotes osées, véritables petits chefs-d'oeuvre d'humour noir. Rêveur épicurien adepte de l'oisiveté et de la contemplation, il excelle à transformer le lecteur en comlice amical qu'il emporte avec lui dans ses innombrables rêveries voyageuses.

Je ne connaissais pas Denis Grozdanovitch, et j'ai découvert l'écriture de l'auteur avec plaisir. L'opus se présente en petites histoires de la vie de l'auteur. Les histoires se suivent mais ce n'est pas la chronologie qui donne lefil conducteur. Je me suis reconnue dans plusieurs passages. Celui sur le thé, le chocolat, les crèpes m'ont rappellé mes propres souvvenirs.
La réflexion de l'auteur sur le rapport entre les saveurs et les circonstances est présentée avec finesse. De plus, les notes littéraires tout au long des chapitres n'étaient que des petits enchantements suplémentaires pour mon penchant littéraire. Ah ! mes années étudiantes. Je savais bien que Proust ne resterait pas qu'une lecture scolaire. Cependant, certains passages, quand on ne connnait pas resent obscures au décryptage. Car le plaisir de ces petits instants de vie couchés sur le papier sont parfois trop courts et laisse un goût de pas assez.J'ai donc beaucoup aimé le côté mélange des sens et de la littérature. Mais certains chapitres m'ont paru trop éliptiques parfois. 

En résumé, ce petit objet à la très jolie couverture que vous pouvez au-dessus prend facilement place dans son sac et se lit avec délectaction dans les transports en commun. Attention, personnellement après le passage sur le café, j'aurais bien bu une rasade du breuvage et je suis preque déçue que l'auteur ne donne pas l'adresse du paksitanais à Londres, c'est une adresse que j'aimerais bien testé !


 

Publié dans lecture

Commenter cet article